Ripple Chair, chaise
by Ron Arad, 2005

Du crêpage d’une vague, un infini commode

Réélaboration figurative et tridimensionnelle du signe de l’infini, Ripple Chair, dans la transposition d’un faisceau de lignes, d’un flux d’onde dans une forme, évoque le record des objets impossibles imaginés dans certains laboratoires  d’Escher. Un mouvement qui rend fluide la matière plastique, la transforme, en l’abstrayant de sa fonction pratique et structurelle. L’assise accueille, enveloppe la personne, interagit avec elle, devient un espace de perception physique, tactile, un lieu temporaire où observer et interpréter le monde.

Coque en polypropylène et piètement en tube d’acier laqué par poudrage, chromé ou en acier 316L pour l’utilisation à l’extérieur. Patins en polyéthylène. La chaise est empilable (jusqu’à 5 unités).

collection:
Ripple Chair